Ça y est, nous y sommes presque.

Le spectacle Emajinarium est la semaine prochaine. Enfin !

Quel élan masochiste m’a poussé à m’investir deux ans bénévolement, parmi 160 autres membres, pour le projet d’un soir, peut-être deux ?

À quelques soirs du grand soir, j’entends les bruits d’inquiétude et de peur mêlés de hâte et d’excitation chez mes compagnons de voyage. L’inverse m’inquiéterait.

Émotions, nous y sommes.

Invités à ressentir et extérioriser nos émotions sur scène pour faire vibrer les 700 spectateurs du théâtre de la Madeleine à Paris, comment faire autrement ? Les émotions ne sont pas à incarner, ce sont elles qui nous incarnent et nous permettent de vivre.

Le cœur qui bat plus vite prépare à l’action. Le soir du 19 mars, ce tambourinage dans la cage thoracique sera le bienvenu. Cet échauffement mobilise les ressources énergétiques du corps pour le passage à l’acte. L’artiste qui ne le sent pas peut rentrer chez lui : il n’est pas prêt.

Ressentis, nous voici.

Le mental s’emballe. Des danseurs craignent un défaut de synchronisation, un loupé sur un pas qu’ils maîtrisent depuis longtemps ou pire, une chute. Des maquilleuses s’imaginent pressées par le temps (sept heures de full body-painting pour certains personnages à réaliser le jour-J entre les deux dernières répétitions). Côté logistique, nous sommes en train d’organiser les flux (cent personnes en coulisses ce soir-là et 700 spectateurs). Et je me demande encore comment les robes très volumineuses de la costumière Fraise au Loup vont passer les minces couloirs !

Pensées, pression…

Dans quelques jours, nous y serons. Et s’il était temps de prendre une grande respiration ? Que chacun mette en œuvre ce dont il a besoin pour se ressourcer avant l’action. Et s’il était l’occasion de se remémorer la visée initiale de son implication ? Que chacun se rappelle pourquoi il a choisi de s’impliquer sur cette co-création.

Flashback du Free Spirit et de l’ EMAJINARIUM.

J’ai rencontré le collectif Free Spirit en 2014 en participant au projet Welcome to the Future. En 2016, animée par un désir d’appartenance et d’initiative, j’ai dit à son fondateur Fabrice « je veux travailler avec toi ». Il m’a répondu « ça tombe bien, j’ai envie de créer un spectacle qui s’adressera aux âmes d’enfant ». Première réunion chez lui, nous étions une quinzaine. Puis je me suis doucement laissée embarquer dans cette folle aventure qui a grossi, grossi…J’ai pu mettre à profit mes différentes casquettes : danse, écriture, organisation logistique/médiation culturelle, et spécialiste des émotions – celles de la « vraie vie ». J’ai discrètement accompagné certains moments délicats, joies et peines parsemant ce long chemin.

Souvenez-vous, nous sommes en partie amateurs et tous bénévoles.

C’est la coach en développement personnel qui termine cet article. Je mets en avant le côté parfaitement naturel de ressentir de la pression si proche de la date.

Aussi, artistes, sachez que vos pensées alimentent cette pression et non l’inverse. Il ne s’agit pas de ne pas penser mais plutôt de porter attention à ses pensées. Vous avez peur ? Listez toutes vos peurs : elles signalent les dangers auxquels se préparer. Le show ne sera pas parfait ? Vous avez raison, il ne le sera pas. Il s’agit là d’un spectacle dont l’ampleur a dépassé notre ambition initiale et nos moyens. Chacun fera au mieux. Recentrez-vous sur votre envie, votre désir personnel, celui qui vous motive à offrir autant d’heures de votre vie. Donnez et prenez ce que vous êtes venus chercher. Notamment du plaisir.

Spectateurs, l’indulgence sera de rigueur. L’invitation est de se laisser porter par ce que vous verrez, entendrez…Ne perdez pas trop de temps à tenter de nous reconnaître sous nos costumes, masques ou maquillages. Prenez aussi plaisir au spectacle dans son intégralité. C’est un Voyage au Pays des Rêves qui attend votre âme d’enfant lundi prochain…

Les fonds récoltés iront à l’association Halte SIDA.

AnSo, avec joie et gratitude d’avoir croisé la route de chacun…

Découvrez toutes les coulisses de l’EMAJINARIUM

Découvrez tout l’univers du Free Spirit

Laisser un commentaire