EMAJINARIUM Lundi 19 mars 2018 à 8h30

…début d’une incroyable journée. J’avais qu’une seule hâte, retrouver toute l’équipe. Première étape visite du Théâtre de la Madeleine, la pression monte d’un cran, dans quelques heures c’est à nous. On se croise, on discute, on se détend et on se motive.

Première prise de marques sur la scène, des sièges vides qui vont bientôt se remplir, les papillons dans le ventre font leur apparition. Passage entre les mains du coiffeur, de la maquilleuse, puis des habilleuses. Ca y est c’est le moment d’incarner le personnage au maximum, les autres aussi ne sont plus Philippe, Sandrine ou Julie mais des barbus, des Naviis, des personnages du monde imaginaire. Le travail de tous ces artistes en backstage est impressionnant.

Le temps passe vite, il faut rester dans le timing, la fourmilière grouille. On va bientôt entamer la générale, il faut se concentrer et se lâcher, allongée j’entend l’introduction avant que la première musique commence, c’est parti, on prend les repères et on gère les coulisses.

Fin de la générale, il faut revoir les détails, avec Eugène on regarde les vidéos pour voir les dernières choses à accentuer et à améliorer. Il faut se créer sa bulle. Le temps passe très vite, 20h17, Muriel me dit «tu devrais te mettre en place», dans ma tête je me dis «quoi, déjà…Pu**** c’est parti, allez ! go!», derniers câlins, derniers encouragements et je me mets sur scène.

Il y a encore le temps, le rideau est baissé et Fabrice est en train de parler, je regarde Sophie /Naja, derniers étirements, je me mets en position et là j’entends «top rideau», «respire, respire» ! Mes yeux sont fermés mais je sens les gens, je sens leur présence. La voix parle, je sens mon coeur battre très fort, j’attends la première musique, un petit s’exclame «oh ! elle est tombée par terre», les gens rigolent, «ne rigole pas!».

Première note, premier pas de Sophie. J’ai des frissons et à l’intérieur de moi c’est la java. Premier tableau, deuxième, troisième je retrouve ma grande peluche, quatrième je découvre mon protecteur au sang froid, sixième c’est le moment de faire la connaissance Thaly. Les tableaux s’enchaine, c’est déjà l’entracte, ça passe trop vite. Je n’ai pas envie que ça passe aussi vite, je veux profiter de ce moment, de chaque instants avec chacune des personnes qui sont sur scène. Chaque regard est plein d’émotion, tout le monde vit les choses à fond, ça se sent et ça fait un bien fou.

L’énergie créée donne envie de donner toujours encore plus. Sur scène avant la fin de l’entracte certains décompressent en faisant n’importe quoi, l’euphorie est là car tout se déroule bien pour le moment, d’autres se concentrent au contraire et sont très calmes. Avec Marc/ Ka on est prêt pour repartir, dans notre cage avant que le rideau se lève il me dit «allez on reste focus!», il a l’expérience il sait comment ça se passe. La deuxième partie redémarre, les tableaux s’enchainent encore et encore. «Moins vite!»…. Entre deux tableaux j’en profite pour serrer Angela/Thaly dans mes bras,on sait que c’est bientôt la fin, on s’encourage.

Voilà les derniers tableaux qui arrivent, et ce sont ceux qui me procurent le plus d’émotions, mon coeur se serre, tout le monde est magnifique et les expressions me touchent. Me voilà à nouveau par terre pendant le 16ème tableau, je sens l’énergie des deux autres personnages étant sur scène qui me traverse. C’est le dernier… dernier tableau, je retrouve ma belle Naja, je prends sa main, je la serre, ça y est je quitte le monde imaginaire. Le tableau évolue et l’émotion monte de plus en plus. Il faut tout donner, la fatigue est là et il faut l’utiliser pour être encore plus sincère.

Je tombe une dernière fois, c’est la fin, les gens applaudissent, mon coeur bat la chamade, les larmes montent «souffle, souffle, ne pleures pas, en tout cas pas tout de suite» raté le noir n’est pas assez rapide et j’éclate en sanglot, des larmes de joies et d’amour pour toutes ces personnes qui sont là pour nous, pour celles qui sont là avec moi depuis mon arrivée dans ce projet, qui m’ont permis d’évoluer et de grandir même si je reste leur bébé. J’ai une seule envie, garder ce moment au fond de mon coeur et de remercier toutes ces personnes, Fabrice et Fraise évidemment, pour leur travail et leur générosité extraordinaires, puis tous les autres. Eugène pour nous avoir fait évoluer, Marc pour son calme, Angela pour son amour, Sophie pour sa gentillesse et tous les autres que j’aimerai nommer également car je les aime très très fort.

.

Le salut

Maintenant il faut se lever pour saluer, je retrouve mes amis, on est tellement touché par ces applaudissement, le public est extraordinaire on sent des réactions sincères et ça fait un bien fou. On sort dans les coulisse, mes sanglots continuent, heureusement que mon compagnon de route est présent, je repense a cette magnifique aventure.

Fabrice prend la parole, 2 ans après avoir mis en marche ce projet, c’est aujourd’hui qu’il peut s’exprimer, c’est comme un deuxième spectacle. autour de lui on se regarde tous. Je vois Fraise, émue aussi.. je l’embrasse très fort. Elle est belle, ils sont beaux tous les deux , c’est leur moment et ce projet est leur bébé.

Puis on va retrouver nos amis, notre famille. L’émotion est encore tellement présente, certains pleurent, ils sont contents eux aussi et c’est ce qui est le plus important. Les gens nous félicitent et on voit dans leurs yeux qu’ils ont voyagé, notre objectif a été atteint.

Soirée magique, moment magnifique. Emajinarium je t’aime. Artistes d’Emajinarium je vous aime.

Marie Menuge alias Charly, personnage principal de l’ EMAJINARIUM

Découvrez les photos du spectacle de l’ EMAJINARIUM

Découvrez tous les projets du Free Spirit

 

Laisser un commentaire