Faire partie de l’Emajiarium, c’est faire partie d’une grande famille d’artistes.
Parfois je me demande ce que je fais là…simple danseuse même pas pro mais infographiste 3D, assise toute la journée face à un ordinateur, à coté de danseurs ayant la connaissance et le vocabulaire des bases de danse classique mais que j’ai parfois du mal à comprendre.
Faisant de la danse traditionnelle depuis 13 ans, mon vocabulaire n’est pas « Pirouette, Demi-plié, Arabasque, on finit en 5eme », ou que sais-je mais « Balanço, Gancho, Esquovinha, 8 Samba, Tour Afro… »
Et c’est ce qui fait la richesse de ce spectacle, on est tous d’univers différents. La caverne d’Ali Baba des mouvements de danse, et je me sens riche.
Ensuite il y a tout les artistes que l’on ne voit pas, maquilleurs, coiffeurs, notre unique costumière, accessoiristes… tous pour nous mettre en valeur.
Et nous sommes là, nous danseurs, comme le prolongement de leurs bras, de leur Art.
Plus le spectacle approche, plus la peur et l’excitation montent. C’est ce qui me permet de garder ma concentration et faire de mon mieux pour une noble cause: Aider les enfants orphelins du Sida au Congo.

Sophie Cor de Rosa

Laisser un commentaire